« L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux deviennent une seule chair. » (Genèse 2, 18-25)
« Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. » (Matthieu 19, 6)

Qu’est ce que le sacrement du mariage ?

Le sacrement du mariage est le sacrement par lequel Dieu unit l’homme et la femme et leur donne la grâce de s’aimer et d’élever chrétiennement leurs enfants. En créant l’homme et la femme, Dieu les a appelés à une intime communion de vie et d’amour entre eux : « à cause de cela, ils ne sont plus deux mais un seul » (Mt 19, 6). En les bénissant, Dieu leur a dit : « soyez féconds et multipliez-vous » (Gn 1, 28). En s’aimant et en se donnant l’un à l’autre, l’homme et la femme deviennent des signes de l’amour de Dieu pour les hommes, de son désir d’union avec les hommes. L’union des époux est ainsi l’expression de l’union et de l’amour du Christ et de l’Église. Le mariage est ainsi un signe de l’amour de Dieu, un sacrement.
L’église catholique est dans la joie chaque fois qu’un couple souhaite s’engager dans l’Amour mutuel à la lumière du Christ. C’est parce qu’elle mesure pleinement tous les enjeux d’un tel engagement que l’église propose une réflexion et demande une véritable préparation.

Qu’apporte le mariage ?

Le sacrement du mariage crée entre les époux un lien perpétuel et exclusif entre eux. Dieu lui-même ratifie le consentement que les époux échangent lors de la cérémonie du mariage. Cet engagement, qui veut être une image de l’engagement indéfectible de Dieu pour les hommes ne peut donc jamais être dissous.
D’autre part, le sacrement donne aux époux la grâce nécessaire pour cheminer vers la sainteté dans la vie conjugale, et dans l’accueil responsable et l’éducation des enfants.

Qui peut se préparer au mariage ?

Tout baptisé peut se marier à l’église.
Une personne non baptisée peut se marier à l’église si elle épouse quelqu’un qui est baptisé. La personne non baptisée doit toutefois adhérer aux éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité) et s’engager à respecter la foi de son conjoint.
Si aucun des deux n’est baptisé, il n’est pas possible de se marier à l’église.

Par ailleurs, il faut en principe avoir reçu le sacrement de confirmation pour se marier à l’église car il donne les moyens de vivre pleinement le mariage. En France, où la confirmation est souvent conférée à l’adolescence, beaucoup de jeunes ne sont pas confirmés et il est difficile d’exiger la confirmation. Cependant, il est bon que la personne non confirmée profite de cette occasion pour préparer et recevoir la confirmation : c’est une belle occasion !

Comment se préparer au mariage ?

Il est impératif de prendre contact avec la paroisse un an avant la date envisagée du mariage.

Le mariage chrétien est un engagement libre et indissoluble. Il suppose donc un choix mûri et réfléchi. La préparation du mariage est un moment très important. On ne prépare pas seulement le déroulement de la célébration, on se donne aussi des moyens pour bien vivre tout le reste de sa vie à deux ! Les personnes désirant se marier seront ainsi invitées à suivre un parcours de préparation en plusieurs étapes :

Un accueil individuel et un suivi par un prêtre :
Les fiancés sont accueillis par un prêtre pour un entretien de prise de contact, pour l’explication du parcours, la mise en place du calendrier et pour la présentation du dossier administratif. Le prêtre reste disponible durant tout le temps de la préparation et les fiancés le reverront au terme des étapes suivantes, pour en faire le bilan avec lui, en reprendre des aspects particulièrement importants. Il faudra alors aussi envisager la préparation de la célébration (sauf si le mariage est célébré hors de la paroisse, ou par un prêtre extérieur à la paroisse).

Des rencontres avec un couple :
Les fiancés sont reçus trois fois par un couple de la paroisse, membre de l’équipe de préparation au mariage. En toute liberté, ils peuvent échanger très concrètement avec eux sur la vie de couple, le contenu et la portée des engagements du sacrement de mariage, la place que Dieu peut trouver dans leur amour…

Une session de préparation : huit soirées et deux journées
Cette session, qui a lieu à Versailles, est animée par des couples accompagnateurs ; un prêtre y participe régulièrement. Réunissant plusieurs couples de fiancés, elle est l’occasion d’un échange sur les différences homme – femme, les pièges à éviter dans la vie de couple, la notion de sacrement de mariage…

Comment se célèbre le mariage ?

Les étapes essentielles de la célébration sont les suivantes :
– Accueil
– Liturgie de la parole : lecture de textes de la Bible, puis homélie (commentaire par le prêtre ou le diacre)
– Echange des consentements par les fiancés devant les témoins
– Bénédiction et don mutuel des alliances
– Bénédiction nuptiale dite par le prêtre (ou le diacre)
– Prière des époux
– Prière universelle
– Notre Père
– Signature des registres

« La vie familiale est un chemin spirituel »
Extrait du Discours aux familles de Jean-Paul II le 20 septembre 1996 à Sainte-Anne d’Auray

Chers parents, Chers enfants,

(…) Vous êtes « le sel de la terre » et « la lumière du monde ». Par ces paroles, le Seigneur vous invite à être des témoins et des missionnaires auprès de vos frères. Que votre vie, qui tient son sens du Christ, ait de la saveur pour ceux qui vous entourent ! Que votre vie rayonne, car au fond de votre coeur le Seigneur est présent ; il vous aime et il vous appelle à sa joie ! C’est bien le fait de se savoir aimé qui permet d’avancer sur la route avec confiance. La vie des baptisés consiste tout d’abord à être relié au Christ, source de la vie, à recevoir de Lui la vie en abondance et à en devenir les témoins. Le sacerdoce baptismal des fidèles, vécu dans le mariage-sacrement, constitue pour les époux et pour la famille le fondement d’une vocation et d’une mission sacerdotales » (Familiaris consortio, n. 59).

(…) La relation conjugale ne peut pas reposer sur les seuls sentiments amoureux ; elle se fonde avant tout sur l’engagement définitif clairement voulu, sur l’alliance et sur le don, qui passent par la fidélité. Par leur vie conjugale, les époux témoignent de l’amour vrai, qui intègre toutes les dimensions de la personne, spirituelle, intellectuelle, volontaire, affective et corporelle.

La relation amoureuse participe à la croissance du conjoint. Elle est un service de l’autre, prenant exemple sur le Christ serviteur qui a lavé les pieds de ses apôtres, au soir du Jeudi saint. La vie conjugale n’est jamais exempte d’épreuves, qui font passer par des moments douloureux où l’amour et la confiance en l’autre comme en soi-même semblent vaciller. Les époux puiseront leur force en s’unissant aux sentiments du Christ au cours de la nuit du Vendredi saint. Beaucoup en ont fait l’expérience : la traversée de l’épreuve peut contribuer à purifier l’amour. Mais il y a aussi d’intenses moments de joie, qui proviennent de la communion dans l’amour. Ces instants rappellent que, au-delà de toute souffrance, il y a la lumière éclatante et la victoire définitive du matin de Pâques. Ainsi, le sacrement du mariage a une structure pascale.

La vie conjugale et familiale est un chemin spirituel. En effet, en couple et en famille, toute rencontre nécessite d’accueillir l’autre avec délicatesse. Vous savez la place du dialogue au sein du couple et de la famille. Dans notre monde où le souci de la rentabilité dans toutes les activités laisse peu d’espace aux rencontres gratuites, il est important que les couples et les familles puissent se ménager des temps d’échanges, qui permettent d’affermir leur amour. 
La vie conjugale passe aussi par l’expérience du pardon ; car, que serait un amour qui n’irait pas jusqu’au pardon ? Cette forme la plus haute de l’union engage tout l’être qui, par volonté et par amour, accepte de ne pas s’arrêter à l’offense et de croire qu’un avenir est toujours possible. Le pardon est une forme éminente du don, qui affirme la dignité de l’autre en le reconnaissant pour ce qu’il est, au-delà de ce qu’il fait. Toute personne qui pardonne permet aussi à celui qui est pardonné de découvrir la grandeur infinie du pardon de Dieu. Le pardon fait retrouver la confiance en soi et la communion entre les personnes, car il n’y a pas de vie conjugale et familiale de qualité sans conversion permanente, ni sans dépouillement de ses égoïsmes. C’est en contemplant le Christ en croix qui pardonne que le chrétien trouve la force du pardon (…).

Dans la vie conjugale, les relations charnelles sont le signe et l’expression de la communion entre les personnes. Les manifestations de tendresse et le langage du corps expriment le pacte conjugal et représentent le mystère de l’alliance et celui de l’union du Christ et de l’Église. Les moments de profonde communion donnent à chaque membre du foyer une force réelle pour sa mission auprès de ses frères, ainsi que pour son travail quotidien.
Vous êtes invités à manifester au monde la beauté de la paternité et de la maternité, et à favoriser la culture de la vie qui consiste à accueillir les enfants qui vous sont donnés et à les faire grandir. Tout être humain déjà conçu a droit à l’existence, car la vie donnée n’appartient plus à ceux qui l’ont fait naître. Votre présence ici avec vos enfants est un signe du bonheur qu’il y a à donner la vie de façon généreuse et à vivre dans l’amour.

(…) La société doit reconnaître la haute valeur du rôle des parents, qui prépare l’avenir d’une nation. En effet, vous êtes les premiers responsables de l’éducation humaine et chrétienne de vos enfants. La communauté familiale fondée sur l’amour et la fidélité offre aux enfants la sécurité et la stabilité qui leur permettent d’accéder à la vie adulte. C’est dans un climat d’amour et de tendresse, de don et de pardon, que les personnalités peuvent se forger et se développer harmonieusement.

(…) La famille est un lieu d’épanouissement incomparable. Puissiez-vous, grâce au Christ et à l’amour qui vous unit, vivre dans la joie ! (…).